27 février 2018

Accessibilité des soins aux sourds : le CHPO signe !

On estime à 6 à 8% de la population le nombre de Français atteints d’un déficit auditif. Un handicap qui éloigne beaucoup de personnes du soin, du fait des difficultés pour expliquer son problème de santé, comprendre un diagnostic médical, suivre des consignes post-opératoires… Toujours soucieux de remplir sa mission de service public, le CHPO a décidé de répondre aux difficultés d’accès aux soins de la population sourde en proposant une assistance adaptée.

Lorsque Madeleine Goupil a entrepris sa première formation en langue des signes en 2016, elle ne pensait pas répondre à un besoin si important. « Sensibilisée par des amis malentendants, j’étais la seule élève qui exerçait une profession en lien avec les soins » explique-t-elle. « Puis de retour à l’hôpital, on a commencé à m’appeler pour aider à communiquer avec des patients sourds. Petit à petit, le mot s’est répandu, la demande a augmenté… Alors j’ai demandé à ma direction de pouvoir approfondir mes connaissances.» Ce qui a mené à une nouvelle formation de 8 semaines en 2017, pour obtenir une certification B1 plus avancée.

Offrir à tous des soins de proximité

Pour Alexandra Lefaux, cadre de santé aux consultations de médecine, Madeleine et Nathalie (autre médiatrice du CHPO) « rendent un service qui fait partie intégrante du soin, en rendant celui-ci accessible ». En effet, la population malentendante nord-iséroise n’est désormais plus forcée de se déplacer jusqu’aux hôpitaux de Lyon ou Grenoble, ou de se payer les services onéreux d’un interprète professionnel.

Cœur et passion

C’est avec « un vrai cœur de soignante » (dixit Alexandra Lefaux) que Madeleine et Nathalie assistent désormais les patients au cours des consultations. Cette nouvelle mission a même valu à Madeleine les plus beaux souvenirs de sa carrière, lorsqu’elle a eu le privilège d’accompagner deux grossesses, de la première échographie à l’accouchement. Passionnée par la nouvelle orientation que prend sa mission de soin, l’aide-soignante, qui maîtrise déjà tous les termes médicaux, va poursuivre sa formation en langue des signes en mars 2018.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles récents

UNE QUESTION ?

CONTACTEZ-NOUS

Share This