29 mai 2020

Covid-19 : Point de situation dans les établissements du GHND au 29 mai 2020

Depuis la fin du confinement, le Groupement Hospitalier Nord-Dauphiné (GHND) voit son nombre de patients atteints de Covid-19 diminuer progressivement. En outre, pour lutter contre la propagation de l’épidémie, le dispositif de « contact-tracing » a été mis en place en lien avec les pouvoirs publics.

Grâce aux efforts consentis par la population et la mobilisation du système de santé, le 11 mai a pu signer la fin progressive des mesures de confinement sur le territoire français.

Le bassin de santé nord-isérois, quant à lui, a pu compter comme toujours sur un engagement exemplaire du personnel du GHND pour assurer, avec le professionnalisme et le courage qui les caractérisent, sa mission de santé publique.

On pense forcément aux soignants exposés directement à l’afflux de patients atteints de Covid-19, comme la réanimation, les soins intensifs, la médecine interne, la médecine gériatrique et les urgences. On pense également aux personnels des EHPAD, qui ont veillé sur des résidents particulièrement vulnérables face à l’agressivité de ce coronavirus.

Mais n’oublions pas non plus la mobilisation de tous les services dont on parle moins, maillons pourtant essentiels à une prise en charge de qualité, comme l’imagerie médicale dont les scanners pulmonaires permettent de compléter le diagnostic du dépistage par prélèvement et de visualiser les atteintes du coronavirus. Ou encore l’hygiène hospitalière (ASH) dont le personnel ne « ménage » pas ses efforts pour lutter contre les infections nosocomiales par le biais du bionettoyage. Le service restauration qui a géré la réception et la distribution des dons de gourmandises. La recherche clinique qui fait avancer les connaissances scientifiques en participant à des études internationales liées à la prise en charge du Covid19. Les agents d’accueil et les secrétariats médicaux qui ont gardé le sourire pour recevoir et orienter les patients. Les cadres et les personnels des services de direction, la cellule de crise qui ajuste quotidiennement l’organisation des établissements selon les instructions et l’évolution de la pandémie. Les services technique, logistique et biomédical qui contribuent à la mise en place de ces nouvelles organisations. Le PC sécurité qui veille au respect des nouvelles mesures. L’informatique qui a facilité la mise en place du télétravail. Les consultations externes qui ont très rapidement mis en place une consultation dédiée Covid-19. Etc., etc.

Cette mobilisation continue car déconfinement ne signifie pas fin de l’épidémie de Covid-19. Du fait de l’augmentation de la circulation dans nos établissements comme à l’extérieur, la vigilance est encore plus de mise. Il ne s’agit en aucun cas d’un retour à la vie et l’organisation « d’avant » !

 

Bulletin de situation

Au total, sur les quatre établissements du GHND, depuis le 14 mars, 312 patients ont été confirmés Covid-19 et 50 décès sont à déplorer (41 au CHPO et 9 au CHPB).

Au 29 mai 2020 :

  • Au Centre Hospitalier Pierre Oudot de Bourgoin-Jallieu (CHPO), 12 patients sont actuellement hospitalisés, dont 3 en réanimation.
  • Au CH Yves Touraine de Pont-de-Beauvoisin (CHPB), 5 patients sont hospitalisés.

 

Depuis le 30 mars, le GHND a également enregistré 191 retours à domicile après hospitalisation.

 

Pas de nouveaux cas à l’EHPAD Jean Moulin

Entre le 26 avril et le 12 mai, 19 cas confirmés Covid-19 avaient été dépistés au sein de l’EHPAD-USLD (unité de soins de longue durée) Jean Moulin, dont 4 décès. Les résidents et patients avaient été hospitalisés dans l’un des services de médecine ou de gériatrie du GHND dédiés au Covid-19, puis dans l’unité des lits sas située à Jean Moulin, reconvertie en secteur dédié aux résidents d’EHPAD atteints de Covid-19.

Depuis le 12 mai, aucun nouveau cas n’a été détecté à Jean Moulin, et tous les résidents d’EHPAD hospitalisés pour Covid-19 sont de retour en structure.

 

Mise en place du contact tracing

Pour lutter contre la propagation de l’épidémie, un dispositif de « contact tracing » est mis en place par les pouvoirs publics, afin d’identifier rapidement les personnes potentiellement infectées et mettre en œuvre toutes les mesures adaptées pour interrompre les chaînes de contamination.

Dès lors qu’un test est positif, la déclaration est systématique et les personnes concernées sont invitées à contacter leur médecin, afin d’identifier les personnes contacts au sein de leur foyer, qui seront à leur tour dépistées. L’assurance maladie et l’ARS prennent ensuite le relais pour une enquête plus approfondie permettant de repérer les autres cas contacts en dehors du foyer et les inviter à se faire dépister.

Depuis la mise en place de ce dispositif, 12 professionnels du GHND ont été déclarés positifs, dont 9 au CHPO. A ce jour, le GHND compte moins de 2% de ses effectifs contaminés par le Covid-19. La quasi-concomitance de la survenue de 3 cas a cependant conduit l’ARS à classer l’établissement comme « cluster », même si ces cas ont été espacés en réalité de plus de 7 jours. Le dispositif d’analyse doit identifier si ces cas correspondent ou non à une chaîne de contamination. Les 8 autres cas sont des cas isolés sans chaîne de contamination identifiée.

Un rappel à la vigilance a néanmoins été effectué par les équipes d’hygiène. Le déconfinement en vigueur depuis le 11 mai entraîne une augmentation du nombre de venues dans les établissements de santé, engageant plus que jamais les professionnels à respecter les mesures de protection.

 

Reprise progressive des soins courants

Aujourd’hui, la tension sur les soins critiques (réanimation et soins intensifs) est moins forte. L’activité enregistrée permet d’envisager une reprise progressive des soins courants, qui devra composer simultanément avec :

  • la continuité de la prise en charge des patients atteints de Covid-19
  • un renforcement des mesures de protection des patients et du personnel
  • une vigilance et pédagogie constantes sur le respect des mesures barrières
  • une préparation en cas de rebond épidémique.

Sur ce dernier point, un dispositif global est travaillé avec les Hospices Civils de Lyon auxquels est rattaché le CHPO pour la gestion des lits de réanimation pendant la crise, en lien avec l’ARS. Le CHPO et la clinique Saint-Vincent-de-Paul ont travaillé à un protocole d’accord pour mettre en œuvre un nouvel appui des anesthésistes et des personnels soignants, ainsi que la mise à disposition de respirateurs en cas de « deuxième vague ».

 

Un cœur géant pour dire merci

Une séance photo de remerciement a été organisée le 14 mai pour remercier toutes les personnes, entreprises comme particuliers, qui ont manifesté leur soutien au personnel du GHND durant cette période de confinement. C’est masqués et dans le respect de la distanciation sociale qu’une centaine de collaborateurs se sont réunis sur le parvis du CHPO pour former un cœur vu du ciel.

Cette photo sera éditée sur des cartes de remerciements personnalisées.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles récents

L’addictologie s’étend au CHPB

L’addictologie s’étend au CHPB

Dans le cadre du Groupement Hospitalier Nord-Dauphiné (GHND), le service addictologie du Centre Hospitalier Pierre Oudot de Bourgoin-Jallieu (CHPO) étend désormais son activité au Centre Hospitalier Yves Touraine de Pont-de-Beauvoisin (CHPB). En mars 2020, l’équipe de...

lire plus

UNE QUESTION ?

CONTACTEZ-NOUS

Share This