29 octobre 2019

Lumière sur l’équipe de nuit !

À l’hôpital, les équipes se relaient jour et nuit pour veiller en permanence sur les personnes accueillies. De 19h00 à 7h00, c’est l’équipe de nuit qui prend soin des patients… Zoom sur ces 60 soignants sans lesquels la permanence des soins ne serait pas possible !

À l’hôpital, les équipes se relaient jour et nuit pour veiller en permanence sur les personnes accueillies. De 19h00 à 7h00, c’est l’équipe de nuit qui prend soin des patients… Zoom sur ces 60 soignants sans lesquels la permanence des soins ne serait pas possible !

La nuit, l’effectif est réduit à deux soignants par unité. Ceux-ci sont donc très polyvalents, avec une prise en charge globale dans un quotidien fait d’urgences, de soins, de nouvelles entrées, de validation des données et des soins… L’organisation demande également beaucoup d’adaptation malgré la définition préalable d’un programme précis.

Trois tours de soins
A leur arrivée à 19h00, les soignants font la relève avec l’équipe de jour puis entament le premier tour de soins infirmiers dans toutes les chambres jusqu’à environ 23h00. Le deuxième tour a lieu à minuit, puis le dernier à 4h30, jusqu’à la nouvelle relève de 6h45.

« La nuit, les patients sonnent beaucoup car ils sont plus angoissés, mais on reçoit moins d’appels téléphoniques et on fait moins de réunions avec les familles » constate Corinne Ganel, cadre de l’équipe de nuit.

Le lien avec le personnel de jour
Un cahier de liaison est en place afin de noter les problèmes rencontrés et les états des lits afin de transmettre les informations à l’équipe de jour. Celui-ci remonte à la direction des soins et à la direction générale. En cas d’urgence, il est possible de contacter un administrateur de garde.

Corinne Ganel pointe les « problèmes de compatibilité du travail de nuit avec les réunions importantes et les formations, qui se déroulent en journée. Heureusement, des intervenants internes à l’hôpital ont la gentillesse d’adapter leurs horaires pour nous proposer des formations à 18h00 ».

Pour Sabine Longa, infirmière de nuit depuis 10 ans au CHPO, le travail de nuit est un choix : « Ces horaires collent avec ma vie de famille. De plus, du fait de la polyvalence du poste, je trouve le travail plus intéressant et enrichissant. Et le contact avec les patients avant le coucher est un privilège, ils se confient plus et on apprend à mieux les connaître. »

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles récents

La nouvelle IRM du CHPO offre confort et sérénité au patient

La nouvelle IRM du CHPO offre confort et sérénité au patient

Le CHPO, qui possède les deux seules machines à imagerie par résonance magnétique (IRM) du Nord-Isère, vient de renouveler la plus ancienne, qui datait de 2014. Un investissement d’un montant de 920 000 € qui privilégie le confort du patient, sans oublier la...

lire plus
Pass sanitaire obligatoire : le GHND s’organise

Pass sanitaire obligatoire : le GHND s’organise

Dans un contexte de début de 4ème vague de Covid-19 liée au variant delta et d’augmentation des hospitalisations, la loi relative à la gestion de la crise sanitaire a été publiée ce vendredi 6 août 2021. En conformité avec celle-ci, hors urgences et situations...

lire plus

UNE QUESTION ?

CONTACTEZ-NOUS

Share This