15 janvier 2018

Des voeux sous le signe du changement

Le 15 janvier 2018 a eu lieu la traditionnelle cérémonie des vœux au personnel du Centre Hospitalier Pierre Oudot (CHPO), en présence de :

  • Serge Malacchina, Directeur Général du CHPO et du GHND
  • Mireille Voutier, Présidente de la Commission Médicale d’Etablissement
  • Vincent Chriqui, Maire de Bourgoin-Jallieu et Président du Conseil de Surveillance du CHPO
  • Alain Batillot, Adjoint au maire de Bourgoin-Jallieu délégué à la santé
  • Cendra Motin, Députée 6ème circonscription de l’Isère.

2017, une année de changements et d’adaptation permanents
Comme les précédentes, 2017 fut une année d’activité intense :

  • 185 000 entrées (+ 8 % par rapport à 2016, + 32 % en 5 ans)
  • 31 000 hospitalisations (+ 8 % par rapport à 2016, + 19 % en 5 ans)
  • 78 000 consultations (+ 3 % par rapport à 2016, + 33 % en 5 ans)
  • 7200 actes chirurgicaux (+9%)
  • 1355 naissances (+2%)
  • 1766 sorties SMUR (+9,3%)
  • 3602 séances de chimiothérapie tumorale (+32,6%).

Ces chiffres, qui valident les orientations stratégiques, sont avant tout une reconnaissance du travail et de l’engagement des équipes, ainsi que de la dynamique et de l’attractivité de l’établissement. Par exemple, la maternité du CHPO est devenue pour la première fois en 2017 la première maternité du territoire en nombre d’accouchements !

Cette activité toujours très soutenue a également été source de périodes difficiles pour le personnel. Les urgences ont connu près de 50 000 passages, avec un hiver 2016/2017 très difficile : 4 mois de déclenchement du plan Hôpital sous tension, avec passage au niveau 3 (dernier niveau).

2017, une année de réorganisations

C’est ainsi que le personnel hospitalier berjallien a démontré toute son adaptabilité lors des réorganisations suivantes :

  • Création et reconversion de 4 services cliniques par redéploiement interne de moyens de l’établissement :
    – ouverture de 15 lits d’HTCD (Hospitalisation de Très Courte Durée) aux urgences
    – création de 24 lits d’UMAU (Unité Médicale d’Aval des Urgences) pour désengorger les urgences
    – transfert de 10 lits de chirurgie ambulatoire au sein du plateau chirurgical
    – regroupement des unités de jour et de semaine pour augmenter les capacités en médecine.
  • Développement ou adaptation de l’offre de soins : chirurgie de la carotide, chirurgie orale, chimiothérapies courtes, structuration du centre de la douleur, astreinte 24h/24 d’endoscopie, hyperspécialisation en cardiologie, développement de la néphrologie.
  • Travail sur les filières d’aval pour permettre de mieux réguler les flux : création de commissions uniques d’admission pour les 5 EHPAD du groupement et pour le pôle SSR (Soins de Suite et de Réadaptation) interhospitalier du GHND.

Les résultats sont là
A affluence supérieure aux urgences en janvier 2018 par rapport à janvier 2017, « seul » le niveau 1 du plan Hôpital sous tension a été déclenché (niveau 3 l’année dernière).

En matière de qualité des soins, la progression des indicateurs vient de donner lieu à un crédit de 216 000 €. Cette incitation financière à la qualité et la sécurité des soins n’a été accordée qu’à 20% des établissements français, dont 6 en Isère.

Enfin, au niveau financier, les efforts fournis ont permis de rétablir la trésorerie. Les 3 derniers exercices sont équilibrés, les résultats 2017 seront proches de l’équilibre. Les gains d’efficience permettent d’envisager sereinement les investissements pour continuer à disposer de plateaux techniques performants. En effet, le CHPO qui a été mis en service en 2011 doit renouveler la plupart de ses équipements médicaux, biomédicaux et informatiques 7 ans plus tard, ce qui représente 13 millions € sur 3 ans, dont 5,2 M€ dès 2018.

Voeux 2018 CHPO

2018
2018 sera une année de stabilisation des organisations internes, de projections et d’accélération des coopérations concrètes sur le territoire, autour du parcours du patient, avec une offre graduée des soins aussi bien au sein du GHND qu’avec les acteurs libéraux, notamment la médecine de ville.

2018, une année de coopérations avec les autres acteurs de santé
Le CHPO s’attachera à renforcer les coopérations déjà existantes avec les partenaires du Médipôle (Clinique Saint-Vincent-de-Paul, ESMPI, Centre d’Endoscopie du Nord-Isère, Centre de Soins de Virieu).

Il cherchera aussi à en créer de nouvelles, notamment avec la médecine de ville, en s’appuyant sur les nouvelles technologies. L’objectif est de fixer une population sur place en se servant des infrastructures existantes (locaux des établissements du GHND et/ou des centres de santé et maisons médicales) en développant la télémédecine afin d’éviter l’engorgement des urgences. Deux territoires sont pressentis, notamment le Pays des Couleurs autour de Morestel et La-Tour-du-Pin qui connaissent le départ d’une dizaine de médecins généralistes.

Prendre soin de ceux qui prennent soin des autres
En 2018, le CHPO développera des actions et des plans d’action sur la qualité de vie au travail, au moyen de groupes de travail participatifs pour tous les personnels hospitaliers, médecins et non médecins.

« Gardons notre ferveur et nos ambitions pour 2018, avec passion et partage. Conduisons notre nouveau plan stratégique médical en maintenant la sérénité et l’envie de travailler au CHPO » a conclu Mireille Voutier.

Un travail et un engagement plébiscités
De son côté, Vincent Chriqui, Maire de Bourgoin-Jallieu et Président du Conseil de Surveillance du CHPO, a remercié les personnels pour leur dévouement et leur passion, ainsi que leur adaptation aux contraintes budgétaires. Il a salué la « transformation réussie dans des conditions difficiles », ainsi que les « grandes avancées » que constituent l’ouverture de l’unité de néonatologie du Nord-Isère (commune avec la clinique Saint-Vincent-de-Paul) et la gestion des urgences. « La population est reconnaissante. Le CHPO, c’est un C pour Compétence, un H pour Humanisme, un P pour Professionnalisme et un O pour Ouverture ! »

La députée Cendra Motin a renchérit en félicitant les personnels pour ce qu’elle considère comme des « réussites ». Selon elle, le GHND constitue une « source d’espoir » pour le territoire.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Articles récents

UNE QUESTION ?

CONTACTEZ-NOUS

Share This